• Communiqué snéad-cgt du 17 décembre 2016

    Mercredi 14 décembre, le Ministère de la Culture et de la Communication (MCC) a invité les écoles d’art, chacune représentée par leur directeur, un enseignant et un étudiant, à une réunion dont le double ordre du jour était de présenter le nouveau cadre législatif et de partager certaines expériences sur des questions de pédagogie, de recherche, de visibilité internationale etc.
    Lors de la présentation par les membres de la Direction Générale de la Création Artistique (DGCA) des changements de cadre législatif conséquents à la loi relative  à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (LCAP) nous avons découvert que des enseignants des écoles nationales et leurs directeurs avaient négocié une refonte de leur grille de salaire alors même que le syndicat national des écoles d’art et de design (snéad-cgt) avait proposé lors de sa création d’engager solidairement la discussion avec le MCC. Les Professeurs des écoles nationales (PEN) avaient déjà bénéficié d’une refonte en 2002, date depuis laquelle les Professeurs d’enseignement artistique (PEA) attendent leur tour. En outre, l’ancienne Ministre de la Culture, Fleur Pellerin, s’est engagée en octobre 2015, lors des assises nationales des écoles d’art, à travailler sur les grilles de tous les enseignants. Cette nouvelle refonte creuse un écart qui devient irrattrapable alors même que nos missions sont strictement identiques. Cette refonte intervient quelques mois seulement avant des échéances politiques dont nous savons combien elles peuvent fragiliser nos écoles.
    Certains enseignants et directeurs d’écoles nationales (par les voix des représentants du Collectif INforme) ont ensuite annoncé leur refus d’intégrer le futur Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche artistiques et culturels (CNESERAC) arguant de sa non légitimité scientifique.
    Ils ont alors déployé leur vision de l’enseignement et de la recherche dans les écoles : un statut d’enseignant chercheur, adoubé par le Conseil national de l’enseignement et de la recherche (CNESER), la mise en place de doctorats dans leurs écoles et leur adossement par la voie des écoles doctorales à l’Université. À terme, leur souhait est de s’émanciper du Ministère de la Culture et de rejoindre le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche afin, comme ils l’écrivent sur le site de leur collectif, de ne pas « glisser vers une territorialisation ».
    Cette situation entraînera de manière certaine des écoles à deux vitesses : des écoles nationales faisant de la recherche et formant des docteurs en art, et des écoles territoriales dont les compétences en terme d’enseignement supérieur seront amoindries. En effet, l’absence d’enseignants chercheurs dans les écoles territoriales sera considérée comme un frein à la délivrance de DNSEP conférant au grade de Master.
    Nos écoles déjà fragilisées par le désengagement du MCC et par leur structuration
    en Établissements publics de coopération culturelle (EPCC) sont directement mises
    en danger par ce programme. Il nous faut dès à présent et d’une seule voix interpeller notre Ministère, suspendre cette modification jusqu’à l’obtention d’une grille et d’un statut commun.

     

    Communiqué snéad-cgt du 17 décembre 2016

     

     

     

     

     

     

     

     

    à gauche réseau des écoles territoriales d'art et à droite réseau des écoles nationales d'art

    « Qu'est-ce qu'un "coordinateur" ?Les écoles d'art territoriales sur les réseaux sociaux »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :