• Qu'est-ce qu'un "coordinateur" ?

    Dans les écoles d'art, un coordinateur est un enseignant qui prend la responsabilité, pendant une durée déterminée, de coordonner une option. C'est un travail administratif et pédagogique supplémentaire pour lequel sa prime de suivi et d'orientation peut être augmentée. Il existe aussi des coordinateurs par années dont le rôle se limite le plus souvent à l'organisation des bilans.

    Rien de très particulier à dire sur ce sujet sinon peu-être qu'il faudrait savoir comment sont désignés ces coordinateurs et quel est le champ réel de leur mission.

    C'est là que, selon les écoles, les choses diffèrent. En principe, le coordinateur est élu par ses pairs, c'est à dire les autres enseignants, et cette charge "tourne" tous les ans entre les collègues. En principe, car la réalité est différente et bien moins démocratique.

    Dans de trop nombreuses écoles, le coordinateur est choisi par le directeur qui octroie ainsi la charge à l'enseignant qui lui convient le mieux. Il arrive aussi que les coordinateurs le soient "à vie", c'est à dire qu'une fois choisis, ils restent dans leurs fonctions toute leur carrière, sans qu'aucune remise en cause, aucune élection ne vienne troubler le fil paisible de leur vie. Enfin, et c'est la nouveauté, on crée maintenant des postes de coordinateurs, encore une fois souvent choisis par la direction, et qui font office de directeurs des études (ou directeurs pédagogiques) au rabais. À moins de penser que le directeur en question ne se sente pas les compétences pour apprécier le travail d'un enseignant, ce qui serait de pure honnêteté compte-tenu du recrutement actuel des directeurs, le choix apparaît comme strictement économique. Entre quelques primes modestes à des enseignants prenant la charge et le salaire entier d'un véritable directeur pédagogique, le choix est vite fait. S'il s'ajoute à cela des initiatives individuelles de directions souhaitant déléguer aux coordinateurs la mission de faire passer les entretiens individuels à leurs collègues, que pensera l'enseignant du collègue qui l'évalue?

    Les rôles, dès lors, deviennent plus confus. La légitimité du coordinateur faisant office de directeur des études ne tient qu'à sa nomination et non à l'élection. Or c'est de là que vient une large partie du mal qui frappe les écoles d'art. Le principe hiérarchique s'impose à tous les niveaux et emprisonne personnels et étudiants dans une stratification des pouvoirs. Le principe hiérarchique se fonde sur l'autorité (on pourrait dire : sur le monopole de la violence)au contraire du principe démocratique qui, lui, implique le libre choix de tous. Qu'on ne s'étonne plus des crises de "management" qui frappent les écoles les unes après les autres !

    Encore une fois,le SNEAD réclame l'élection comme seul principe de légitimité, à tous les niveaux. Pour en finir avec l'infantilisation, les stratégies de cour et l'autoritarisme.

    « Le Monde/pédagogie et enseignants-chercheursCommuniqué snéad-cgt du 17 décembre 2016 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :